Vers un contrôle technique obligatoire pour nos voiturettes ?

Contrôle technique mécanicien

Actuellement, les motos et les VSP sont sur un pied d’égalité et sont dispensés de contrôle technique. A partir de 2022, l’Union Européenne va en imposer un pour tout type de moto, afin de réduire les accidents, la pollution et le bruit.

En suivant ce modèle, l’ensemble des voiturettes françaises seraient également tenues à l’obligation d’être examinées dans un centre agréé.

Ces vérifications seraient obligatoires lors de la revente du véhicule. De plus, elles devront être effectuées tous les deux ans pour les engins de plus de quatre ans.

Le Parlement européen justifie cette directive en raison du fait des risques d’accident causés par des véhicules mal entretenus.

Une mesure controversée

Fortement contestée par les associations de motards et de conducteurs de VSP, nombre d’entre elles rejettent cet argument.

« Personne ne remet en cause la nécessité pour un deux-roues à moteur circulant sur les routes d’être dans un bon état de fonctionnement », a déclaré la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC). Cette dernière renchérit en disant que « les personnes qui préconisent la mise en œuvre d’un contrôle technique moto ne connaissent rien à la moto ».

La FFMC affirme que les pays où le contrôle technique pour motos a été mis en place, le nombre d’accidents a augmenté.

« Les deux-roues sont entretenus pour une raison très simple, si les engins ne sont pas entretenus, les motards risquent leur vie. Ils font un entretien bien plus sérieux que les automobilistes », a déclaré Didier Renoux, responsable de la communication de la FFMC sur BFM Business. 

Les associations rappellent qu’en sept ans, il y a eu trois actualisations des règles européennes de normes anti-pollution. Avec la norme Euro 4, les émissions d’oxydes d’azote ont diminué de 50 %  et de 94 % pour le monoxyde de carbone.

Concernant le bruit, la FFMC propose d’effectuer des contrôles périodiques pour contrôler la conformité des équipements.

« Malheureusement, les niveaux de bruits excessifs constatés en moto sont principalement liés à l’utilisation de dispositifs non homologués ».

Vers une éventuelle échappatoire ?

Si cette mesure passe pour les motos et les VSP, alors il sera possible de revendre son véhicule. A la condition que ce-dernier est jugé apte à rouler selon les critères du contrôle technique.

Cette règle risque de provoquer la fin de la personnalisation des motos, également celles des équipementiers vendeurs d’accessoires. Pour ce qui est des VSP, les chiffres émis par le constructeur doivent être respectés.

Actuellement, la mise en œuvre doit être approuvée par le Parlement Européen. Par la suite, la Commission Européenne devra rédiger une directive révisée. Il peut alors s’écouler encore 2-3 ans.

« Cette nouvelle directive sera également discutée au Parlement européen et au Conseil. Cela prendra du temps, il n’y aura aucun changement immédiat », rassure la FFMC.

Il faudra également disposer de centres spécialisés et agréés dans toute la France. Cela éviterait à certains conducteurs de faire plusieurs dizaines de kilomètres pour effectuer leur contrôle technique.

Ce qui laisse encore un peu de temps à nos VSP avant un éventuel contrôle.

Alors, n’oubliez pas de la préparer avec Piecesanspermis.fr avant ce jour fatidique !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*